Ligne d’écoute téléphonique nationale

0811 69 04 34
PRIX D'UN APPEL LOCAL

 

Retour
 

SPORT & CANCER

 

SOMMAIRE

> AVANT : Ne ménagez pas vos efforts !


> PENDANT : C’est “tout bénéf” !
   > Quand commencer ?
   > Quel sport faut-il faire ?
   > Des contre-indications ?


> APRES : Bougez autant que possible !
   > Tout en douceur...
   > Les sports d’endurance
   > En piscine
   > La musculation douce et le stretching
   > Que faire quand un lymphœdème
      survient après le sport ?

> Gym’Après Cancer
> L'Espace Ligue

> La CAMI Sport et Cancer
> Le Centre Ressource

 

AVANT
Ne ménagez pas vos efforts !


La pratique régulière d’une activité physique - même modérée - peut réduire jusqu’à 30 à 40 % les risques de cancer du sein. Dans le cas contraire, la sédentarité à l’âge adulte contribuerait à près du tiers des cas de cancer du sein, particulièrement avant la ménopause.

D’après les chercheurs français, le risque de cancer du sein diminue d’autant plus que l’activité est importante au cours de la semaine.
En effet, les femmes qui déclarent 14 heures ou plus de léger ménage par semaine voient une diminution modérée du risque de cancer du sein, de l’ordre de 18 %, comparée aux femmes n’ayant pas une telle activité.

L’intensité de l’activité influe également de manière primordiale sur le risque de cancer du sein. Ainsi, chez les femmes qui déclarent 5 heures hebdomadaires ou plus d’activités de loisirs à intensité soutenue (jogging, natation, vélo, squash, tennis), la diminution du risque de cancer du sein est plus marquée, de l'ordre de 38 %, par rapport aux femmes qui ne font rien.

Par ailleurs, cette baisse du risque associée à une activité physique soutenue est également présente chez les femmes considérées comme "à risque de cancer du sein", c'est-à-dire chez les femmes en surpoids, les femmes qui n’ont pas eu d’enfant, les utilisatrices de THS et les femmes ayant un antécédent familial de cancer du sein.

Alors n’hésitez plus, un peu de sport est le meilleur moyen de booster votre capital santé.


PENDANT
C’est “tout bénéf” !


L'activité physique pendant les traitements a comme avantages :
> de combattre efficacement la fatigue et donner de l’énergie. L’épuisement engendrée par la maladie et les traitements (surtout pendant la chimiothérapie et la radiothérapie) n’est soulagé ni par le repos, ni par le sommeil. L’inactivité fait fondre vos muscles, dérègle votre sommeil, diminue votre circulation sanguine et votre oxygénation, avec pour conséquence encore plus de fatigue. Le meilleur remède est donc l’activité physique car elle permet au corps de se recharger. Pas besoin d’en faire trop, l’exercice modéré est la meilleure façon de créer de l’énergie. Même quelques pas, quelques mouvements au lit peuvent vous aider à retrouver de la vitalité.
> de lutter contre certains effets secondaires (nausées, vomissements, constipation, diarrhée), stimuler votre appétit et diminuer vos douleurs dues aux tensions musculaires. Certains médecins conseillent de marcher une demi-heure dès qu’on ressent des nausées. Les études montrent que les femmes qui font quotidiennement de l’exercice supportent mieux le traitement.
> de renforcer votre système immunitaire.
> d’aider à mieux dormir. Des études montrent que l’endurance, la musculation, le yoga ou le tai chi combattent l’insomnie. Un bon sommeil augmente l’espérance de vie des personnes atteintes d’un cancer.
> d’être bon pour le moral : l’exercice augmente la production de molécules qui diminuent l’anxiété et la dépression.

> de favoriser l’absorption des micronutriments, qui peut être diminuée par la chimiothérapie.
> d’aider à accepter votre corps : les tensions et les douleurs se dissipent, la circulation est stimulée, la cicatrice devient plus souple. Bouger plus librement permet de se renforcer intérieurement, de porter un regard plus positif sur son corps et de reprendre confiance en ses capacités.
> d’éviter de prendre trop de kilos, ce qui est fréquent pendant la chimiothérapie.

Quand commencer ?

Dès que les plaies sont cicatrisées, 6 à 8 semaines après l’opération.
Démarrez doucement, deux fois 5 minutes par jour, puis augmenter progressivement. L’important est d’être aussi active que possible. Même quelques minutes d’étirements peuvent aider à se sentir mieux.


Quel sport faut-il faire ?

La marche toute simple est une bonne façon de lutter contre la nausée.
Les alternatives : gym douce, pilates, tai chi, yoga, marche en piscine, aquagym, nage (particulièrement la brasse), vélo, vélo d’appartement, nordic walking.

La musculation maintient votre masse musculaire et donc votre système immunitaire, tout en aidant vos muscles à développer plus de résistance à la fatigue. Faite quelques exercices de musculation douce ou montez simplement des escaliers.

Essayez de faire 30 minutes par jour (que vouspouvez répartir tout au long de la journée si nécessaire :  deux fois 15 minutes, trois fois 10 minutes voire six fois 5 minutes). Si possible tous les jours, malgré la fatigue et la nausée. Cela devrait suffire à atténuer la fatigue du traitement.

Des contre-indications ?

La fonction cardiaque peut être diminuée par certains médicaments de la chimiothérapie et des traitements par anticorps, ainsi que par la radiothérapie du sein gauche. Dans ces cas, votre cœur est contrôlé régulièrement par votre médecin. Tant qu’une faiblesse existe, il faut adapter l’exercice et non pas l’arrêter :
> musculation, stretching, exercice doux, marche.
Discutez en avec votre médecin.

En cas d’œdème lymphatique, l’exercice n’empire pas la situation mais permet au contraire de l’améliorer. C’est pourquoi l’exercice est vivement recommandé par les médecins, et plus particulièrement :
> musculation douce et stretching du bras opéré,
> exercices en piscine : brasse, aquagym ou tout simplement marche en piscine. L’eau exerce une pression sur la peau qui favorise la circulation de la lymphe et améliore l’œdème lymphatique,
> marche ou nordic walking en portant un bas de compression.

En cas de métastases osseuses, consultez votre médecin et adaptez les exercices.
> privilégiez la natation ou le vélo d’appartement, évitez la course et certaines postures de yoga.

En cas de vomissements, de diarrhées sévères, de risque sévère d’infection, ne pas faire d’exercice.
Par contre, si on se sent nauséeuse, fatiguée, le moral à zéro, les médecins recommandent au contraire de bouger au maximum de ses capacités, en pratiquant par exemple la marche.

Certains médicaments de la chimiothérapie comme le taxotère peuvent avoir un impact sur les nerfs, ce qui dans de rares cas provoque des problèmes d’équilibre. Dans ce cas, les exercices en piscine sont particulièrement recommandés car ils permettent de faire du sport sans perdre l’équilibre. Attention aussi à garder les mains et les pieds au chaud pendant le sport car on peut avoir des pertes de sensibilité pendant le traitement sous taxotère.

 

APRES
Bougez autant que possible !

Bénéfique pour votre santé cardiovasculaire, l'activité physique est également très efficace pour lutter contre les effets négatifs de la maladie tels que la fatigue chronique, l'anxiété et la prise de poids. De plus, il a été prouvé qu'elle diminue sensiblement le risque de récidives !!

Gardez en tête que le sport après un cancer du sein peut et doit rester un plaisir : ne tentez pas de défi, ne recherchez pas la performance, (re)commencez le sport progressivement en vous autorisant des pauses.
L’idéal est d’alterner des sports “doux” avec des sports d’endurance 2 à 3 fois par semaine et d’inclure quotidiennement des exercices de musculation douce et de stretching.

Les activités du quotidien comptent aussi : marchez pour faire vos courses, montez les escaliers, ratissez la pelouse, passez l’aspirateur, promenez votre chien...

Bougez plutôt le matin et/ou en deuxième partie d’après-midi. Si vous avez du mal à vous endormir, évitez le sport 5-6 heures avant de vous coucher.

Conseils :
Après l’effort et pendant le temps de repos, favorisez le drainage lymphatique en mettant le bras en sur-élévation.
En cas de lymphœdème connu et surveillé, portez un brassard de contention pendant l’activité sportive.


Tout en douceur...

Avec le pilates, le yoga, le tai chi, le qi gong

Ces sports ont comme avantages :
> de travailler votre posture pour vous aider à retrouver votre équilibre extérieur et intérieur (une mauvaise posture peut bloquer votre circulation sanguine et lymphatique),
> de tonifier vos muscles en profondeur, ce qui améliore la fonction immunitaire,
> d’oxygéner votre sang en vous apportant de l’énergie et en diminuant l’anxiété,
> d’assouplir votre musculature, ce qui soulage les tensions musculaires à l’origine des douleurs, améliore la relaxation, le sommeil et la circulation lymphatique,
> d’aider à lâcher prise et à retrouver bien-être, sérénité et sommeil.


Les sports d’endurance

La marche est un choix idéal, en évitant les sacs à dos trop lourds. Marchez d’un bon pas, vous devez toutefois pouvoir parler sans vous essouffler.
L’idéal ? dans la nature, au soleil, surtout si vous avez des problèmes de sommeil.

Autres possibilités : nordic walking, gym douce, nage, aquagym, vélo, vélo d’appartement...

Ces sports ont comme avantages :
> d’oxygèner les tissus de votre corps. Selon des études en laboratoire, la croissance et la dissémination des cellules cancéreuses se fait plus difficilement dans un tissu bien oxygéné,
> d’améliorer votre fonction immunitaire et donc d’aider votre corps à lutter contre les cellules cancéreuses,
> de donner de l’énergie, d’améliorer le moral, d’éviter de ruminer, de génèrer des pensées positives.


En piscine

La nage (notamment la brasse et le crawl), l’aquagym ou tout simplement la marche en piscine sont des activités idéales après un cancer du sein.
De plus l'effort musculaire développé dans l’eau est moindre.

Utilisez de préférence des prothèses de natation qui sont plus confortables sous l’eau.

La piscine a comme avantages :
> de renforcer vos bras, d’améliorer l’amplitude de vos épaules, de tonifier vos muscles, ce qui améliore votre fonction immunitaire,
> de développer votre capacité pulmonaire et d’oxygèner les tissus de votre corps,
> de prévenir l’œdème lymphatique car la pression de l’eau sur votre peau active la circulation de la lymphe,
> de lutter contre le stress et de diminuer le sentiment de peur, grâce aux vertus relaxantes de l’eau,
> de ménager vos articulations (bienvenu quand on a quelques kilos en trop).



La musculation douce et le stretching

Les muscles jouent un rôle important dans la fonction immunitaire. En augmentant votre masse musculaire, vous aidez votre corps à lutter contre les cellules cancéreuses et à freiner leur progression.

A noter :
A partir de 50 ans, on commence à perdre de la masse musculaire donc la musculation devient encore plus importante.

Attention :
Les abdominaux sont autorisés sauf en cas de reconstruction mammaire par lambeau du muscle grand droit.


En étirant vos muscles, vous soulagez les tensions à l’origine des douleurs, vous augmentez la circulation sanguine, vous améliorez la relaxation, le sommeil et la circulation lymphatique. Une musculature rigide diminue la vitalité.


Que faire quand un lymphœdème
survient après le sport ?


Ne cédez pas au découragement.
Consultez votre médecin traitant qui pourra vous proposer un traitement médical et un drainage lymphatique chez un kinésithérapeute.

Essayez de déterminer les circonstances qui ont déclenchées le lymphœdème afin de modifier la pratique de votre sport : durée moins longue, gestes à éviter, port d’un brassard de contention, exposition ombragée et fraîche à privilégier, aide au drainage systématique après l’effort, ...


Gym’Après Cancer

Adaptés aux personnes atteintes de cancer, trois séances hebdomadaires collectives d’une heure vous sont proposées.

Pour qui ?
Pour les adultes atteints de cancer, pendant ou après les traitements et sans limite d’âge, sous condition d’un certificat médical complété et signé par l’oncologue ou le médecin traitant.

Où ?
Dans le Var : à Draguignan, Fréjus et Hyères
Dans les Alpes-Maritimes : à Nice, Cagnes-sur-Mer, Antibes, Mougins et Grasse

Dans les Bouches-du-Rhône : à Marseille, Aix-en-Provence et Marignane (bientôt)
Dans le Vaucluse : à Avignon, Carpentras, pertuis et Cavaillon (bientôt)
Dans les Alpes de Haute-Provence : à Sisteron
Dans les Hautes-Alpes : à Embrun
En Languedoc-Roussilon : à Narbonne à la MJC (contact Renée Colin)


Contact : Elodie Lopez 06 59 43 70 75
contact@gymapres.com
Plus d’infos ici


L'Espace Ligue

Premier établissement à avoir vu le jour en France en 2007, l'Espace Ligue, lieu d'accueil de jour pluridisciplinaire non médicalisé, dédié aux personnes touchées par le cancer et à leurs proches, vous propose :
> de la gymnastique adaptée pour améliorer votre condition physique et ré-apprivoiser votre corps.
> des cours de Qi Gong pour travailler sur l'énergie et la vitalité personnelle.
> du yoga pour vous détendre corporellement et mentalement.

Où ?
A Nice : 3, rue Alfred Mortier
Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h.

Contact : 04 93 62 13 02
Plus d'infos ici




La CAMI Sport et Cancer

> Karaté-do, médiété, danse contemporaine, taï-chi, yoga dynamique...
Quelle que soit la discipline pratiquée, une même méthodologie est appliquée dans l'approche du corps et l'accompagnement des élèves.
La formation reçue par les Educateurs médico-sportifs dans le cadre du D.U. Sport et Cancer leur permet de vous proposer des cours de véritable discipline sportive.


Où ?
Dans le Var : à Toulon, la Seyne-sur-Mer et Hyères-les-Palmiers
En Isère : à Grenoble
En Aveyron : à Rodez
En Ile de France : à Paris, Maurepas, Versailles, Rambouillet, Evry, Sainte-Geneviève des Bois, Neuilly-sur-Seine, Bobigny, Montfermeil et Villejuif
Dans les Hautes-Alpes : à Gap
Dans le Calvados : à Caen, Lisieux et Hérouville
En Dordogne : à Périgueux et Saint-Astier
Dans le Nord : à Lille et Douai
En Seine-Maritime : à Harfleur et Le Havre
Dans le Vaucluse : à Avignon
En Savoie : à Albertville

Contact : 06 34 23 04 39
info@sportetcancer.com

Plus d'infos ici



Le Centre Ressource

> Qi Gong, taï chi, mouvement sensoriel, danse classique et de salon, aquagym, balades...
Le centre ressource est un lieu d’accompagnement, de soutien et de connaissance pour les personnes atteintes de cancer et leur entourage pour mieux faire face à la maladie dans les phases de traitement et de prévention.
La vocation du centre est d’apporter du bien être et de promouvoir la santé en proposant des actions concrètes (hygiène de vie, alimentation .... ) et des activités personnalisées afin de restituer la confiance en soi.

Où ?
Pôle d'activités d'Aix-en-Provence
1140 rue André Ampère - Actimart 2
13851 Aix-en-Provence


Contact : 04 42 22 54 81
Plus d'infos ici

     
     
     

AVANT : Ne ménagez pas vos efforts !
PENDANT : C’est “tout bénéf” !Quand commencer ?Quel sport faut-il faire ?Des contre-indications ?
APRES : Bougez autant que possible !Tout en douceur...Les sports d’enduranceEn piscine
   La musculation douce et le stretchingQue faire quand un lymphœdème survient après le sport ?
Gym’Après CancerL'Espace Ligue - La CAMI Sport et Cancer - Le Centre Ressource

Retour - Haut de page