Ligne d’écoute téléphonique nationale

0811 69 04 34
PRIX D'UN APPEL LOCAL

 

Retour

 

L'ŒDEME LYMPHATIQUE OU LYMPHŒDEME

 

SOMMAIRE

> Qu'est-ce-qu'un lymphœdème ?
> Traitements
> Recommandations

> Lymphangite
> Aspects psychologiques

 


 
Recommandations

> Soyez attentive à tout gonflement du bras, de la main, des doigts ou de la poitrine. Consultez immédiatement dans ces cas.

> Ne permettez JAMAIS une injection, une prise de sang ou la prise de tension artérielle sur le bras concerné. Si vous souffrez d'un lymphoedème bilatéral, faites vérifier votre tension sur la cuisse.

> Séchez très soigneusement votre bras et votre main après la toilette et utilisez une lotion spéciale pour l'hygiène du bras : Lymphoderm, Eucerin, Curel...

> Ménagez le bras touché : ne portez pas d'objets lourds (courses, packs d'eau...), de sacs en bandoulière du côté atteint, ne faites pas de mouvements brusques et/ou répétitifs (cirer votre parquet, faire les vitres, tirer les portes lourdes...)

> Ne portez pas de bijoux serrés autour du bras ou des doigts : changez votre alliance de main ou enlevez-la si votre bras gauche est touché. Ne retroussez pas votre manche pour serrer le bras.

> N'exposez pas votre bras au soleil, ne prenez pas de coup de soleil. De même, évitez les bains chauds ou la vaisselle à l'eau très chaude. Pas de sauna.

> Ne dormez pas sur le bras menacé.

> Le tricot, le crochet sont déconseillés pendant de longues heures consécutives, de même que tout ce qui peut vous ankyloser.

> Evitez toute blessure (même minime) au bras ou à la main du côté concerné : égratignure, coupure, brûlure, coup, piqûre d'insecte, griffure de chat, piqûre de rosier en jardinant... portez des gants ou une protection adaptée si vous devez faire des travaux susceptible de générer ces blessures : gants de jardinage, gants pour la vaisselle, dé à coudre... De même, si vous rasez vos aisselles, utilisez un rasoir électrique pour éviter les risques de coupure sous le bras. Lorsque vous vous manucurez, ne coupez pas les cuticules, repoussez les avec un petit bâtonnet.

> En avion, portez une manche de compression bien ajustée et des bandages supplémentaires si le trajet est long. Buvez beaucoup pendant le voyage.

> Levez vos bras de temps en temps (au-dessus du niveau du cœur), lorsque vous regardez la télévision par exemple. La gravité aidant naturellement l'écoulement de la lymphe, l'élévation du bras procure un soulagement temporaire - l'impression de lourdeur diminue dans cette position.

> Faire de l'exercice est important, mais consultez votre thérapeute. Ne fatiguez pas un bras à risque ; si le bras commence à vous gêner, reposez-vous et élevez-le.
Exercices recommandés : la marche, la natation, les mouvements aérobics légers, le vélo, certains mouvements de yoga... Ne soulevez pas de poids plus lourd que 7 kg.

A la maison : pressez plusieurs fois par jour et pendant trois minutes une petite balle en mousse avec la main correspondant à votre côté opéré.

> Votre poitrine est généreuse ? Portez des prothèses mammaires légères (les prothèses augmentent la pression sur les ganglions lymphatiques du cou). Utilisez un soutien-gorge bien ajusté, pas trop serré et idéalement sans armatures métalliques.

> Maintenez votre poids idéal avec un régime équilibré riche en fibres et en protéines faciles à digérer (poulet, poisson, tofu). Diminuez l'apport alimentaire de protéines ne diminue pas la composante protéique du liquide lymphatique ; mais cela pourrait plutôt affaiblir le tissu conjonctif et détériorer la condition de votre bras.

> Evitez de fumer et de consommer de l'alcool.

> Portez une manche de compression bien ajustée pendant la journée. Consultez tous les 4 ou 6 mois pour un suivi. Si la manche est trop ample, soit elle est usée, soit votre lymphoedème diminue !

> Consultez immédiatement votre médecin dans les cas suivants : éruption cutanée, démangeaison, rougeur, douleur, augmentation de la température ou de la fièvre... Voir le paragraphe sur la lymphangite ci-contre.

 

Aspects psychologiques

Le lymphœdème est bien souvent un souvenir perpétuel de la bataille menée contre le cancer du sein. Les femmes qui ont eu un lymphœdème suite à un cancer du sein s'adaptent moins bien à leur maladie car elles ont du mal à reprendre une vie "normale", gênées par leur bras qui les fait souffrir. Elles ont par exemple du mal à trouver des vêtements confortables et adaptés, ou à porter des choses lourdes (ce qu'il faut éviter), et le lymphœdème est vraiment handicapant dans la vie quotidienne.
L'œdème est souvent sous-estimé (quand il est diagnostiqué) et bien que les traitements existent, le corps médical est généralement mal informé ou peu préoccupé par ce problème qui n'est pour lui qu'un effet de bord.
Mais les traitements existent bel et bien et ne pas en bénéficier ne fait qu'augmenter la douleur, le mal-être, la frustration de ne pouvoir utiliser son bras normalement, le tout associé à un sentiment néfaste d'impuissance.

 

Suite aux interventions subies pour votre cancer du sein, vous pouvez avoir un handicap.
A ce titre, vous pouvez demander une carte d’invalidité.
Pour en savoir plus, lisez notre page sur l'AAH.

 

Qu'est-ce-qu'un lymphœdème ?

Le lymphœdème est la principale complication chirurgicale du cancer du sein. Cette complication est lié au curage des ganglions sous l'aisselle (ganglions axillaires) du 3e niveau : la lymphe ne circule plus normalement et s'accumule dans le membre supérieur. Cette stagnation entraîne un épaississement de la peau et une accumulation de tissu adipeux (le lymphœdème ne contient que 30% environ d’eau, le reste étant un amas solide de tissus). Le lymphœdème ne peut donc diminuer que partiellement et le bras restera toujours plus volumineux que l'autre.
C'est un problème chronique qui demande des soins prolongés pour éviter que le volume n'augmente encore.


Aussi appelé "gros bras", il peut apparaître immédiatement ou bien dans les 5 ans après traitement conservateur et dans les 15 ans après mastectomie.

Le membre ainsi atteint est très fragilisé. Il suffit d'un incident mineur, coup de soleil, mouvement brusque, ou port de charges pour favoriser l'engorgement de la lymphe dans le membre et détériorer le réseau lymphatique déjà bien atteint.

L'œdème apparaît généralement d'abord sur le bras avant de progresser vers la main. Il devient gênant lorsque la circonférence entre le membre atteint et le membre sain est supérieure à 5 cm. Mou et indolore au début, il peut durcir après inflammation (lymphangite) et il progresse rapidement.

Sans traitement, le liquide lymphatique, riche en protéines, continue à s'accumuler dans les tissus, provoquant un gonflement du membre et sa fibrose (bras gros et dur).
Ceci n'est pas une conséquence bénigne car le membre devient alors un endroit idéal pour développer des bactéries ou une lymphangite.
Avec le temps, le lymphœdème empirera et diminuera la motricité du membre. Il peut aussi s'étendre à la peau. En réduisant l'oxygène dans le système de transport des protéines, il peut également fournir un milieu de culture bactérienne favorisant les infections, conduisant ainsi à des infections chroniques.

 

Traitements


Lorsque le lymphœdème est apparu, le but est de réduire le volume au maximum et ensuite de maintenir celui-ci.

Il est primordial de demander l'avis de spécialistes avant d'entreprendre un traitement. Pour déterminer le type de traitement, on se base sur la grosseur du membre et sur la dureté de l'œdème.
 


Bandages spécifiques et manchon de compression

Votre kinésithérapeute pose des bandages spécifiques avec des bandes non élastiques sur votre bras en y associant un capitonnage (mousse, coton). Ces bandages sont gardés entre 24 et 48 heures et sont régulièrement refaits pendant 2 à 3 semaines.
Ensuite, il faut porter du matin au soir (mais pas la nuit) un manchon s’arrêtant à la base des doigts ou au niveau du poignet en fonction de l'atteinte ou non de la main.
Les bandages (en plus du manchon porté la journée) peuvent aussi être refaits par les patientes elles-mêmes, une nuit sur deux, après avoir appris la technique avec un kinésithérapeute.

 

Drainage lymphatique manuel

Le drainage manuel de la lymphe, effectué par un kinésithérapeute, a pour effet de faciliter la circulation du liquide dans le tissu conjonctif. L'effet d'étirement sur les vaisseaux lymphatiques stimule leur contraction et facilite la circulation de la lymphe à l'intérieur.
Le massage doit être pratiqué dans la direction du flot lymphatique par à coups légers.  


 
Il est important de faire des exercices avec un kinésitérapeute.


Vous pouvez aussi lire : Que peut faire un kiné pour vous ?

 

 

Lymphangite

La lymphangite est une infection qui peut se manifester par un ou plusieurs des signes suivants :
> éruption cutanée,
> peau rouge, bras très chaud,
> sensation de chaleur, de picotement d’aiguilles,
> bras lourd, augmentation de la taille,
> douleur à l'épaule et à l’omoplate.
> apparition soudaine de haute température et de frissons.

Dans les cas que nous venons de citer, vous devez réagir rapidement. Cessez immédiatement tout les traitements du lymphœdème (tous sans exception) et consultez votre médecin au plus vite.

Le traitement prescrit par ce dernier consistera en des antibiotiques. En voyage, il faut toujours porter avec soi des antibiotiques ou une prescription médicale.
La lymphangite peut mettre votre vie en danger.

     
     

Qu'est-ce-qu'un lymphœdème ?TraitementsRecommandationsLymphangite - Aspects psychologiques

Retour - Haut de page