Ligne d’écoute téléphonique nationale

0811 69 04 34
PRIX D'UN APPEL LOCAL

 

Retour

 

LE DIAGNOSTIC

     

SOMMAIRE

> L'échographie
   > Déroulement de l’échographie mammaire

> Les prélèvements
   > L’aspiration ou ponction cytologique
   > La biopsie
      > Les microbiopsies
      > Les macrobiopsies
      > Les biopsies chirurgicales
         stéréotaxiques


> L' Imagerie par Résonnance Magnétique
   > À qui s'adresse cette technique ?

> Le « diagnostic sein chrono » à Marseille
 

 

 

Dans la salle d'attente de l'hôpital, nous retrouvons Sofia, Odile et Simone.

Leurs mammos ont détecté une anomalie :
pour Sophia, il s'agit de micro-calcifications ;
pour Odile, sa "boule" est en effet bien visible ;
et la mammo de Simone révèle également une masse.


Il peut s’agir de kystes, de masses solides non cancéreuses ou de tumeurs malignes.

Dans le doute, il va leur falloir passer des examens complémenatires et en fonction de la taille et de la localisation de leurs anomalies, le médecin devra confirmer ou infirmer le diagnostic.

 

Les prélèvements

> L’aspiration
ou ponction cytologique

Une fine aiguille est introduite dans le sein sous contrôle échographique pour aspirer du liquide ou des cellules, dont l’analyse microscopique apportera des premiers éléments relatifs à la nature de la tumeur. Cet examen permet par exemple de différencier un kyste d’une masse solide (qui peut être cancéreuse ou non).


> La biopsie
La biopsie est le seul examen qui permet de confirmer un diagnostic de cancer. Elle est réalisée sous anesthésie locale. Lors de l’examen, le médecin utilise une aiguille fine avec laquelle il pique la peau au niveau du sein atteint. En se guidant grâce à une sonde d’échographie ou sous scanner, il prélève un échantillon du tissu anormal. Cet échantillon est ensuite analysé sous microscope et confirme ou non la nature cancéreuse de la lésion et son degré d’extension local (in situ ou infiltrant).
Contrairement aux cytoponctions (ou ponction cytologique) qui permettent de prélever des liquides, les biopsies enlèvent des fragments de tissu mammaire.

3 techniques sont actuellement utilisées :


Les microbiopsies : Réalisées grâce à un pistolet automatique et une aiguille, cet examen permet de prélever des "échantillons" de la tumeur. Le prélèvement peut entraîner un hématome que de la glace ou un pansement compressif peuvent atténuer. L’examen dure moins d’une heure. Attention, il convient d’informer le médecin des traitements en cours. Certains favorisant les saignements pourront être suspendus.

Les macrobiopsies : Sans hospitalisation, rapide, les macrobiopsies permettent aujourd’hui de retirer une petite anomalie non palpable du sein sans anesthésie générale. Certaines interventions chirurgicales pourraient être évitées grâce à cet examen. Réalisée en même temps qu’une mammographie, cette technique associe aspiration et mécanisme de prélèvement (aiguille creuse qui protège un petit couteau cylindrique rotatif). L’examen dure moins d’une heure. Cet examen permet plusieurs prélèvements par rotation sans nouvelle piqûre. Il permet également de disposer d’un échantillon beaucoup plus important que pour une microbiopsie. Cette technique est essentiellement commercialisée sous le terme de Mammotome®.

Les biopsies chirurgicales stéréotaxiques : Cette technique largement diffusée Outre-Atlantique a pour but d’éviter une chirurgie du sein pour lésion bénigne. Cette technique est essentiellement commercialisée sous le terme de SiteSelect®.

Elle s’adresse aux patientes ayant une lésion visible en mammographie, inférieure à 10 mm pour laquelle le médecin souhaiterait une analyse microscopique plutôt qu’une surveillance. L’intervention a lieu sous contrôle mammographique. Après une anesthésie locale, la cible (anomalie) est précisée à l’aide d’un système informatique. Une biopsie de 15 mm de diamètre est effectuée par le chirurgien emportant la zone suspecte. Une fermeture chirurgicale est ensuite effectuée. La procédure dure au total 20 minutes. Si l’examen au microscope confirme la nature bénigne de la lésion, la patiente aura évité une intervention chirurgicale et des journées d’hospitalisation. Trois centres en France seulement disposent aujourd’hui de cet équipement : l’Institut Curie, l’Hôpital Tenon et le Centre anticancéreux de Lille.

 

L'échographie

L’échographie mammaire est un examen d'imagerie des seins qui utilise des ultrasons pour produire des images de l'intérieur du sein. Cet examen, pratiqué par un radiologue, devrait être systématiquement associé à toute mammographie, en particulier en cas de seins très denses.
L’échographie permet de visualiser une lésion non visible à la mammographie (car de petite taille). Cet examen peut également servir à guider les ponctions mammaires.
L’échographie est très utile pour voir la nature liquide ou solide des nodules palpés ou découverts sur la mammographie.



Déroulement de l’échographie mammaire
Le radiologue applique sur les seins un gel permettant un bon contact entre votre peau et la sonde d'échographie. Ce gel est hypoallergénique, par conséquent, une allergie au produit est exceptionnelle. Le radiologue examine systématiquement tous les secteurs du ou des seins pour rechercher l'anomalie non expliquée par la mammographie.
L'échographie dure en moyenne de 5 à 10 minutes. Si des prélèvements sont réalisés au même moment, elle dure plus longtemps.
En cas d'anomalie, des photos sont prises à partir de ce que le radiologue voit à l'écran.
Le compte rendu d'examen vous est systématiquement remis ou envoyé. Il est également adressé au médecin de votre choix.

 


L’IRM ou Imagerie par Résonnance Magnétique

L'IRM mammaire est faite après la mammographie dont elle complète et précise l'exploration.
Pour réaliser l'examen, la patiente s'allonge sur le ventre dans une sorte de long tunnel que constitue la machine. Auparavant, un produit de contraste, le gadolinium, lui aura été administré par piqûre, pour visualiser l'éventuelle vascularisation déclenchée par les tumeurs du sein.
L'exploration dure environ de 30 à 45 minutes. Indolore, l'IRM peut être répétée sans danger. Seule contre-indication : le port d'un pacemaker ou de tout corps étranger ferromagnétique.


À qui s'adresse cette technique ?
L'IRM a une telle sensibilité que lorsqu'elle est négative, elle permet d'exclure à 99 % la présence d'un cancer invasif du sein. Une qualité qui peut parfois être un défaut.

L'IRM détecte toute anomalie, même bénigne et, dans ce cas, elle peut inquiéter inutilement la patiente. Aussi, l'utilisation de cet examen reste ciblée à certains cas. D'abord, les femmes à haut risque (parce qu'elles ont eu plusieurs antécédents de cancers dans la famille, ou qu'elles ont "hérité" d'un gène familial anormal). Ensuite, en cas de découverte d'un cancer lobulaire, souvent multiple et bilatéral, car l'IRM permettra de dépister une éventuelle nouvelle tumeur.

 

Le « diagnostic sein chrono » à Marseille

www.institutpaolicalmettes.fr
L'Institut Paoli-Calmettes lance un dispositif de prise en charge rapide pour le diagnostic des cancers du sein : le « diagnostic sein chrono » pour les femmes qui présentent des anomalies cliniques ou des images mammaires suspectes lors des examens d’imagerie standard.
Vous pouvez obtenir un rendez-vous dans les 72 heures maximum à la plateforme d’imagerie médicale  de l’IPC, en appelant le numéro direct :
04 91 22 34 18.

     
     

L'échographieDéroulement de l’échographie mammaire - Les prélèvementsL’aspiration ou ponction cytologique
La biopsieLes microbiopsiesLes macrobiopsiesLes biopsies chirurgicales stéréotaxiques

L'IRM (Imagerie par Résonnance Magnétique)À qui s'adresse cette technique ? - Le « diagnostic sein chrono » à Marseille

Retour - Haut de page