Ligne d’écoute téléphonique nationale

0811 69 04 34
PRIX D'UN APPEL LOCAL

 

Retour
 

CURE THERMALE POST-CANCER
 

SOMMAIRE

> Pourquoi une cure thermale ?
   > Suites de chirurgie

   > Suites de radiothérapie
   > Suites de chimiothérapie


> L'étude PACthe
> Quelles démarches
   et quel coût ?

> Quelques adresses
   pour votre cure

> Ne pas confondre
   cure thermale et
   thalassothérapie

Sofia Odile et Simone ont terminé leurs traitements. Elles ont décidé de s'accorder un moment de détente, rien qu'à elles et sont parties en cure thermale. Au programme : relaxation, nutrition, activités physiques... et "papotages" dans un bain de boue !!
Pour faire comme elles, regardez notre sommaire !


© Corentin Mossière - Gréoux-les-Bains

 


L’étude PACthe

Programme d’Accompagnement & de réhabilitation post-thérapeutique pour les femmes en rémission complète de leur Cancer du sein en station thermale.

Lancée en 2008 à l’initiative du Professeur Yves Jean Bignon (onco-généticien, Directeur Scientifique du Centre Jean Perrin - Centre de lutte contre le cancer - à Clermont-Ferrand).

Financée par l’Association Française pour la Recherche Thermale (AFRETH).

L’étude PACThe a été réalisée avec le concours des stations de Vichy, du Mont-Doré et de Châtel-Guyon.

Elle avait pour objectif d’évaluer les effets des soins thermaux sur les risques de rechutes et l’amélioration de la qualité de vie, chez les femmes en fin de traitement du cancer du sein en leur proposant un accompagnement personnalisé, une prise en charge hygiéno-diététique appropriée, et un suivi médical en station thermale.

Cette étude a démontré scientifiquement l’effet positif et durable d’un séjour de deux semaines en station thermale : amélioration de l’estime de soi, meilleure qualité de vie, augmentation de la pratique d’une activité physique, perte de poids chez les femmes en surpoids et diminution des signes dépressifs.

 

Quelques adresses
pour votre cure 18 jours

Station thermale de la Bourboule
(dermatologie)

Station thermale de La Roche Posay
(dermatologie)

Station thermale de Luz Saint-Sauveur
(lymphoedème)

Station thermale d’Argelès-Gazost
(lymphoedème)

Station thermale de Brides-les-Bains
Station thermale de Vichy-les-Célestins
Etablissement thermal Uriage
(Alpes)
 


Vous pouvez effectuer aussi une mini-cure (non remboursée) :
La station thermale de Gréoux-les-Bains (dans le Sud-Est) et celle de Cambo-les-Bains (dans le Sud-Ouest) vous propose un programme de soins et d'activités très complet spécifique "post-cancer".
Pour en savoir plus sur ces cures, vous pouvez télécharger leur document explicatif ici.


© Xavier Boymond - Gréoux-les-Bains

 

Ne pas confondre cure thermale
et thalassothérapie

Une cure thermale et une thalassothérapie ne correspondent pas à des soins identiques.
La thalassothérapie propose des prestations exclusivement préventives et de bien-être qui ne sont pas prises en charge par l'Assurance Maladie.
Les cures thermales permettent de délivrer des soins contre des maladies chroniques pouvant être remboursés par l'Assurance Maladie.

 


© Xavier Boymond - Gréoux-les-Bains

 


Pourquoi une cure thermale ?

Vous souhaitez vous remettre sur pied tant physiquement que moralement, le tout au grand air, la cure thermale est faite pour vous !
Certains établissements thermaux - qui ont reçu l’agrément de la Sécurité sociale dans leurs indications dermatologiques et phlébologiques - proposent désormais une prise en charge des malades du cancer après leurs traitements.
La cure thermale post-cancer répond aux effets secondaires cutanés des traitements anti-cancéreux grâce aux propriétés exceptionnelles de l'eau thermale et aux soins thermaux prodigués durant la cure.

La prise en charge concerne principalement les cicatrices post-opératoires, les brûlures dûes à la radiothérapie, le traitement du lymphœdème du bras ; mais aussi plus généralement la sécheresse de la peau et des muqueuses, les rougeurs, les démangeaisons, les douleurs articulaires, ...

Durant la cure thermale, vous pourrez aussi apprendre à prendre soin de votre corps, à accepter votre nouvelle apparence, partager votre expérience avec d’autres patients, ... Ce sera également l’occasion de (re)prendre de bonnes habitudes et de modifier votre hygiène de vie : vous (re)mettre au sport, veiller à ne pas porter de charges lourdes du côté opéré, éviter certains gestes, apprendre à connaître ses limites, ...
 


> Suites de chirurgie

Cas d’exérèse, de curage ganglionnaire, d’ablation du sein…
> Cicatrice(s) et douleurs associées (picotements, tiraillements, fourmillements)
> Lymphœdème du bras
> Perte de mobilité fonctionnelle associée
> Neuropathie périphériques

Bénéfices :
> Accélération de la cicatrisation
> Amélioration des cicatrices pathologiques hypertrophiques ou rétractiles
> Amélioration du lymphœdème du bras ou des jambes


> Suites de radiothérapie

Irradiation variable
> Dilatation vasculaire cutanée ou oculaire (télangiectasies)
> Troubles de la pigmentation
> Prévention des radiodermites chroniques
> Mucites buccales, hyposialie (manque de salive), dysphagie (difficultés à avaler et déglutir)

Bénéfices :
> Prévention et traitement des radiodermites et ses symptômes : xérose, érythème, kératoses, télangiectasies, brûlures et inflammations
> Amélioration de la souplesse cutanée et revitalisation de la peau


> Suites de chimiothérapie

Traitement par perfusion ou voie orale (Xeloda, Tarceva, Erbitux, Herceptin…)
> Sécheresse persistante de la peau et des muqueuses (buccale, digestive, génitale), desquamation
> Folliculites, fissures cutanées, périonyxis des ongles
> Prurit, tiraillements
> Syndrôme palmo-plantaire, dermite acnéiforme
> Prévention par l'éducation de l'hyper photo-sensibilité

Bénéfices :
> Amélioration de la sécheresse persistante de la peau et des muqueuses
> Réduction des effets cutanés indésirables des traitements de chimiothérapie oraux (syndrome palmo-plantaire, dermite acnéiforme, prurit et sécheresse cutanée) et des traitements sous perfusion (desquamation et hypertrichose)


 

Quelles démarches et quel coût ?

Mieux vaut attendre trois ou quatre mois après la fin de vos traitements avant de programmer une cure thermale.
Il vous faudra une simple prescription de l’oncologue, du chirurgien ou du médecin traitant.
Choisissez un centre thermal agréé et réservez votre séjour auprès de la station thermale. Envoyez votre demande de prise en charge à la Sécurité sociale.

Le protocole de soins est entièrement pris en charge et remboursé pour les cures comprenant 18 jours de soins.
Toutefois, la participation de la caisse d’assurance maladie est soumise à conditions. Celles-ci doivent être remplies d'une part par l’établissement thermal et d'autre part, par le patient :

Les obligations du centre thermal :
Le centre de cure thermale doit être agréé et conventionné par l'Assurance maladie pour les orientations thérapeutiques prescrites.

Les obligations du patient :
> Prescription médicale obligatoire (mentionnant l'orientation)
> La cure doit être suivie intégralement sauf interruption par le médecin conseil ou en cas d'empêchement majeur du patient.
> Une seule cure est autorisée par année civile.
> La durée d'une cure est fixée à 18 jours et le nombre de séances de soins doit être précisé.

La durée de la prescription varie en fonction des indications thérapeutiques. Une seule cure suffit en dermatologie, tandis que le traitement du lymphœdème, plus difficile à traiter, nécessite des soins sur deux ou trois ans.

Lorsqu'elle est liée à une affection de longue durée (ALD), votre cure est prise en charge à 100%, ainsi que les honoraires médicaux, sur la base des tarifs conventionnels.
Vos frais de transport sont remboursés sans condition de ressource à 100% sur la base d'un billet SNCF A/R 2e classe, quelque soit le mode de transport choisi (dans la limite des frais réellement engagés).


Les frais non pris en charge par l'Assurance Maladie :

> le ticket modérateur : c'est la part des frais médicaux non prise en charge par l'Assurance Maladie. Il peut en revanche être pris en charge par votre mutuelle.
> les soins de bien-être, dits «de confort»
> les repas durant le séjour de cure
> l'hébergement si les ressources du patient dépasse le plafond (ex. : 14 664,38 € de revenus annuels pour un célibataire)

Certaines mutuelles participent aux frais de transport et d’hébergement, renseignez-vous.

Attention, les séjours plus courts et les mini-cures d’une semaine restent totalement à la charge des patients.

Plus d'infos : www.ameli.fr

     

Pourquoi une cure thermale ? - Suites de chirurgieSuites de radiothérapie - Suites de chimiothérapie
L'étude PACthe - Quelles démarches et quel coût ? - Quelques adresses pour votre cure - Ne pas confondre cure thermale et thalassothérapie

Retour - Haut de page