Ligne d’écoute téléphonique

0805 69 39 02
*Appel gratuit depuis un poste fixe.

 

Retour

 

ET APRES ?

 

SOMMAIRE

> Des contôles réguliers
> Reconstruction
> Grossesse
> Rémission
> Récidive et nouveau cancer
> Métastase

> La vie reprend son cours...


 

Métastase


La métastase est une tumeur qui se développe dans un autre organe que le sein : les cellules cancéreuses du sein voyagent dans le corps par la lymphe et le sang et peuvent envahir d’autres organes (os, poumon, foie ou cerveau).

Ce n’est pas la tumeur située dans le sein qui tue mais les métastases qui se développent dans les organes vitaux comme le foie, les poumons ou le cerveau.

Dans 80 à 90% des cas, le cancer est traité à temps et on peut éviter les métastases. En tuant les cellules cancéreuses dans tout le corps, la chimiothérapie diminue fortement le risque de métastases mais ne l’élimine pas complètement car il arrive que des cellules malades survivent.
En grande majorité, les métastases apparaissent dans les 5 ans après le diagnostic de cancer du sein. Passé ce délai, c’est rare.

A noter :
Un cancer du sein avec des métastases, par exemple, dans le poumon ne donne pas un cancer du poumon. C’est toujours un cancer du sein mais qui s’est développé ailleurs. On le traite comme un cancer du sein.

Symptômes
> Douleurs dans les os
> Respiration difficile
> Violents maux de tête
> Mauvais état général

Pas de panique car bien souvent, le médecin constate juste de l’arthrose ou une méchante grippe.
Si un symptôme paraît sérieux, il faut faire d’autres examens : prise de sang, radio du thorax, échographie du foie, examen des os. Le nouveau scanner PET-CT permet de faire un bilan de tous les organes en un seul examen.

Vous avez des métastases
Les métastases ne sont pas opérables.
Vous allez donc suivre une nouvelle hormonothérapie (si le cancer est sensible aux hormones) et immunothérapie (si le cancer répond aux anticorps).
Si cela ne suffit pas : une nouvelle chimiothérapie.
Les métastases dans les os sont maîtrisables plusieurs années grâce à la radiothérapie et aux médicaments.

Quand le cancer avec métastases est très avancé, il faut peser le pour et le contre du traitement : peut-il prolonger votre vie, améliorer votre qualité de vie ? Quels sont les effets indésirables du traitement et que se passe-t-il si vous le refusez ?


 

La vie reprend son cours...


...mais :

> Mangez mieux

> Bougez plus

> Choisissez un moyen de contraception adapté (la pilule vous est interdite car elle contient des hormones qui peuvent favoriser la croissance des cellules cancéreuses).
Pour en savoir plus sur les moyens de contraception à votre disposition, c’est ici.

> Palpez vous entre deux contrôles médicaux !
et si vous notez :
> une modification du sein traité et de la cicatrice, des ganglions durs, une boule ou autre anomalie (signes possibles de récidive)
> un gonflement du bras ou de la main (en cas de curage axillaire, signe de lymphœdème),
> des douleurs dans les os, une respiration difficile, de violents maux de tête, un mauvais état général (signes possibles de métastases),
contactez votre médecin sans attendre le prochain contrôle.

 

Des contôles réguliers


Ouf ! ça y est, le plus dur est passé et les traitements lourds sont derrière vous.

Vous devez pourtant continuer à vous faire suivre régulièrement. Des rendez-vous certes angoissants mais indispensables qui auront lieu tous les 6 mois pendant 5 ans, puis tous les ans.
Ces consultations régulières permettront de vérifier que tout va bien sur le plan cancérologique, mais aussi de s’assurer que vous avez bien supporté le traitement.

Au programme :
Mammographie des deux seins (en cas de chirurgie conservatrice), palpation et ultrason des seins et des aisselles, examen clinique des autres organes, pesée, discussion (n’hésitez pas à parler de votre traitement d’hormonothérapie ou de votre “gros bras”).
 
Info utile :
Les examens par mammographie et ultrason sont tout aussi fiables avec un implant mammaire car les tissus à contrôler se trouvent devant la prothèse.
Si vous constatez une déformation du sein reconstruit, contactez sans tarder votre médecin.


 

 

Reconstruction


Vous avez subie une mastectomie, le temps de la reconstruction arrive.
Pour en savoir plus, c’est ici.


 

Grossesse


Vous souhaitez fonder une famille ou l'agrandir ?
Pour en savoir plus, c’est ici.


 

Rémission


On parle de rémission quand la chimio est terminée et qu’il n’y a plus de tumeur visible par les médecins.
On ne parle pas encore de guérison, car il se peut que des cellules cancéreuses invisibles soient encore dans votre corps. Au bout de 5 ans, si il n’y a pas de récidive, vous êtes considérées comme guérie.

A noter :
Vous avez plus de 80% de chance de guérir et de retrouver une vie normale. Ce chiffre dépasse 90% si le cancer est diagnostiqué tôt.


 

Récidive et nouveau cancer


La récidive c’est une nouvelle tumeur qui se développe dans le sein opéré ou dans l’aisselle. En grande majorité, elle survient dans les 5 ans après le diagnostic de cancer du sein.

> En cas de chirurgie conservatrice suivie d’une radiothérapie et d’un traitement médicamenteux, le risque de récidive dans le même sein est d’environ 5 à 10%. Si cela arrive, l’ablation du sein est inévitable car on ne peut pas faire de radiothérapie la deuxième fois.

> En cas d’ablation du sein suivie d’un traitement médicamenteux, une récidive est quand même possible sous la peau ou dans le muscle, mais c’est rare : 2 à 5% de risque. Si cela arrive, la tumeur est enlevée autant que possible au bistouri, puis vous suivez une radiothérapie.

Dans les deux cas, il faut faire des examens pour rechercher d’éventuelles métastases. Selon les résultats, vous suivrez un nouveau traitement qui peut inclure chimiothérapie et/ou hormonothérapie.

Le risque de développer une tumeur dans l’autre sein est de 5 à 10%. Ce chiffre est plus élevé en cas de risque familial. Ce n’est pas une récidive mais une nouvelle tumeur qui se développe indépendamment du premier cancer.

     
     
     

 

Des contôles réguliersReconstructionGrossesseRémissionRécidive et nouveau cancerMétastaseLa vie reprend son cours...

Retour - Haut de page